vendredi, 31 août 2012 10:11

TFJV faut-il changer la formule?

Évaluer cet élément
(0 Votes)

La formule du Trophée de France Jeunes Vététistes (TFJV) fait date. Certain voudraient voir une évolution alors que peu de comités se plaignent de la formule actuel qui  gravitent autour des disciplines phare que son le X-Country, le Trial et la Descente auquel s'ajoute l'Orientation VTT. En effet, La question de savoir s’il faut innover dans la formule s’est posée. Pour Philippe Chanteau (Conseiller Technique National de la fédération et chargé de valider les circuits proposés chaque année sur le TFJV). Selon lui 3 épreuves sont inévitables : le XCO, le trial et la descente. « Ce sont des épreuves formatrices.

   

L’orientation VTT à aussi des  atout. Les jeunes pilotes apprennent à rouler mais aussi à raisonner, ce qui n’est pas un luxe si leur carrière aboutit à du cross-country par exemple . La semaine de Trophée de France  est déjà très chargée pour les plus jeunes, il est donc hors de question de rajouter une épreuve : « Nous ne sommes pas contre de l’innovation. Si la proposition vient de l’organisateur et est en cohérence avec notre projet pédagogique, on peut alors en discuter ». L’enduro revient de plus en plus dans les bouches. Epreuve à la fois technique et physique, elle semble appréciée par les différents comités. Eric Gargallo, sélectionneur du Rhône-Alpes nous confie : « L’enduro est une très bonne chose, d’abord parce que c’est à la mode, et surtout parce que c’est formateur. Pour ne pas se priver des épreuves traditionnelles qui me paraissent incontournables, on pourrait étudier l’idée d’un enduro avec des zones de trial en bas des spéciales…ou même encore des spéciales à trouver grâce à une carte pour mélanger avec l’orientation, enfin ce ne sont que des pistes à explorer ! L'objectif a terme étant que les jeunes puissent rouler ce qui n'était pas le cas sur l’épreuve de trial de mercredi, certains ont attendu 6h pour rouler 8 minutes... Les idées ne manquent pas, mais elles sont très vite confrontées à des problèmes de logistiques. « Un enduro réclame autant de fois plus de matériel de chronométrages et de commissaires que de spéciales, confie Philippe Chanteau, et cela a forcément un coût ». Un brin optimiste, Eric Gargallo remarque que le matériel peut se trouver : « Quand on sait que Mende (ville hôte en 2013) accueille chaque année l’un des plus grands évènements français d’enduro moto, on peut penser qu’il y ait une entente entre les organisations pour permettre d’avoir le matériel en prêt ». La discussion est ouverte et laisse croire que le TFJV pourrait faire peau neuve dans les prochaines années. A condition que les organisations amènent des projets cohérents avec celui de la FFC, qui est de fournir un capital technique et physique suffisant aux jeunes pilotes afin de percer et de s’épanouir à Haut-Niveau.

Lu 4444 fois Dernière modification le vendredi, 31 août 2012 11:26