Lucky

Lucky

 

Selon le journal  Los Altos Town Crier, la ville de Los Altos Hills, proche de la Silicon Valley, a proposé une interdiction du VTT dans un des parcs naturels de la ville. En cause, les vitesses affichées par certains utilisateurs de Strava qui ont atteint 20 miles (35 km/h) sur la réserve naturelle de Byrne, ce qu’un membre du Conseil Municipal a dénoncé comme “juste incroyable et inacceptable”.

Des randonneurs pédestres et cavaliers locaux commençaient à accumuler les plaintes contre les vitesses excessives de certains vététistes dans la réserve de Bryne et en particulier sur le très raide « Artemas Gintzon trail ».Certains ont dénoncé la dangerosité de telles vitesses sur des chemins remplis de virages aveugles et ouverts à la circulation et à la contemplation d’un public large d’usagers de la nature.

 

ce qui a abouti à l’adoption de la mesure d’interdiction sur l’ensemble des sentiers de la Réserve.

La municipalité a justifié cette décision par “une influence notable des vitesses enregistrées”, très aisément récupérables sur l’application Strava. La profusion de données accessible à tous publics à travers des applications comme Strava (et même les photos Instagram, vidéos YouTube, etc…) a certainement des effets secondaires indésirables sur les usagers de la Nature dans leur ensemble et pas seulement les vététistes.

En France, nous avons déjà des soucis avec certaines vidéos sur des spots non officiels idem pour la publication de trace pirate. Ces preuves publiées sur le net sont largement repris par nos contempteurs. 

A partir de la, il n’est pas difficile d’imaginer des gestionnaires d’espaces naturels ou des autorités locales être forcées de prendre des mesures face à des preuves d’utilisations de sentiers interdits au VTT, par exemple, ou des vitesses de passages hallucinantes sur des sentiers fréquentés par piétons, familles, cavaliers et autres usagers.

 

 

 

 

 

Pour l'heure seul deux marques, Moustache et Lapierre  proposaient des VTT-AE dotés d'un cadre carbone. Légèrement pris de vitesse par les français les marques Specialized et Mondracker réagissent coup sur coup en proposant des chassis partiellement ou 100% carbone.

article extrait de VTTAE.FR http://www.vttae.fr/

e-Crusher carbone +

Chaussé de pneus 27+ en 2.8 et de roues larges (dont des nouvelles Mavic E-XA 27+), l’e-Crusherpropose un châssis full carbone animé par une motorisation Shimano Steps E8000 et une batterie du même fournisseur en 504Wh, particulièrement bien intégrée au tube diagonal qui reprend ledesign Stealth bien connue de la marque.

 

Le Levo passe à la fibre

Décliner le châssis très complexe du Levo actuel, à batterie intégrée démontable, n’est pas chose aisée. C’est bien plus compliqué qu’il n’y parait. De longs mois de développement et de modélisation du moule auront été nécessaires pour que l’équipe Specialized en charge du projet, basée en Suisse, aboutisse à un résultat entièrement satisfaisant.

Une nouvelle fois relayée à un rôle de « suiveur » dirons certains, mais sûre de son coup, Specialized lève enfin le voile sur le Turbo Levo FSR carbone.

« le carbone permet au Levo de « gratter » jusqu’à 500g sur le triangle avant »

Côté style, grâce au subtil mélange de fibres et de résine, le Levo se pare des lignes plébiscitées de la dernière itération du Stumpjumper FSR.

Le tout sublimé d’arêtes et reliefs pour minimiser le côté imposant du bloc moteur et de la batterie intégrée au tube diagonal. Le carénage moteur en plastique de la version alu est cette fois-ci directement moulé à l’ensemble du châssis. Le support moteur forgé a été repensé, allégé et optimisé pour ventiler au mieux le moteur.

 

 
 

Baden-Württemberg: Minister Hauk hält an Trail-Verboten fest

 

Sebastian Brust am 12.07.2017

Baden-Württemberg: Geburtsland des Fahrrads und die 2-Meter-Regel. Passt das zusammen? BIKE-Autor Gerolf Meyer hat den zuständigen Minister Peter Hauk befragt. Dessen Sicht hat auch Meyer überrascht.

Vor 200 Jahren wurde in Baden-Württemberg mit der lenkbaren Laufmaschine von Karl Drais offiziell das Fahrrad erfunden. Eigentlich hätte man sich gerade dort eine schillernde Karriere des Zweirads erwarten dürfen, doch in keinem anderen Bundesland hat das Fahrrad einen schwereren Stand in der politischen Diskussion.

Heute gehört das Fahrrad als Verkehrsmittel in Deutschland mehr zum Stadtbild denn je, und als Freizeitsportgerät hat es sich auch abseits der Straße etabliert. Natürlich gibt es Konflikte – auf den Straßen ebenso wie im Wald und auf den Bergen. Doch Verbotsschilder für Fahrradfahrer sieht man in Deutschland eher selten. In der Regel reicht der gesunde Menschenverstand und ein wenig Sozialkompetenz aus, um es gar nicht erst zu Konflikten kommen zu lassen – oder sie zumindest zivilisiert beizulegen.

Ein unbeugsames Land hört nicht auf, Widerstand zu leisten

Doch gerade das Geburtsland der Draisine, Baden-Württemberg, hat es sich offenbar auf die Fahnen geschrieben, den Fahrradfahrern, besonders den Mountainbikern, den Stand in der Gesellschaft schwer zu machen. Auch im Jahre 2017 ist man im drittgrößten Bundesland der Republik weiterhin davon überzeugt, Mountainbiker von schmalen Wegen restriktiv aussperren zu müssen. Seit über 20 Jahren gilt im Schwabenländle die Zwei-Meter-Regel, als sei sie in Granit gefräst. Sie schreibt vor, dass das Radfahren auf Waldwegen unter zwei Metern Breite nur dann erlaubt ist, wenn es sich um speziell ausgewiesene Mountainbike-Trails handelt. Sonst ist es illegal.

Für die Fahrradsendung "Antritt" des Internet-Radiosenders Detektor.fm hat Antritt-Moderator und BIKE-Mitarbeiter Gerolf Meyer das 200-jährige Jubiläum des Fahrrads zum Anlass genommen, um mit dem baden-württembergischen Minister Peter Hauk über die Zwei-Meter-Regel zu sprechen. CDU-Politiker Hauk, zuständig für Ländlichen Raum, Verbraucherschutz und Landwirtschaft, hat darin seine restriktive Haltung gegenüber Mountainbikern untermauert. Auf Hauks Facebook-Seite hagelte es daraufhin ungewöhnlich viele Kommentare.

 

Ein paar militante Mountainbiker wollen das unterminieren

Peter Hauk muss sich nach dem Interview heftige Vorwürfe anhören, seine Politik sei Lobby-getrieben und sachlich nicht nachzuvollziehen. So führt Hauk ausschließlich "Nutzungs- und Konkurrenzkonflikte mit den Wanderern" als Rechtfertigung für das pauschale Bike-Verbot an, für die es zwar "Erfahrungsdaten", aber "keine umfassenden Aufnahmen" gibt, "weil das wiederum einen unverhältnismäßig hohen Steueraufwand bedeuten würde."

Auch sein Vorgänger Alexander Bonde von den Grünen ist am Widerstand der Wanderer gescheitert, die ein hohes Unfallpotenzial auf schmalen Waldpfaden sehen. Bonde musste sich 2013 von der Stuttgarter Nachrichten mit folgender offenbarender Aussage zitieren lassen: "Die Wandererverbände in Baden-Württemberg lehnen eine Aufhebung der Zwei-Meter-Regelung deshalb nachdrücklich ab."

Trailbiken

Mountainbiken auf Trails ist in Baden-Württemberg die Ausnahme, nicht die Regel. Deshalb ist dieses Bild auch außerhalb Baden-Württembergs entstanden.

Da die Konfliktlage Hauk zufolge aber "auf der Hand" läge, sei es auch "jedem vernünftigen Menschen nachvollziehbar, warum wir das so geregelt haben. Und darum halten wir an dieser Regelung auch fest." Schließlich kenne er, Hauk, "außer ein paar militanten Kritikern … keinen, der diese Regelung ernsthaft bezweifelt."

Durch diese eingeschränkte Sichtweise zog sich Hauk nun nicht nur den Unmut von vier Radverbänden und über 58000 Unterstützern der Online-Petition der DIMB auf sich. Er diskreditierte damit auch die Arbeit all jener, die sich in Vereinen und Institutionen für ein friedliches Miteinander im Wald einsetzen.

Das komplette Interview gibt es hier zum Nachhören:

 

jeudi, 06 juillet 2017 21:38

VAE moteur BROSE

 

 
BROSE est une société qui travaille dans l’industrie automobile pour fournir des moteurs électriques pour les voitures.
Ils ont donc transférer leur expérience dans le domaine des moteurs électriques pour vélos avec leur système qui comprend le moteur, le pack batterie avec chargeur et l’ordinateur de commande.
Ce moteur central à engrenages  à triple capteur, compact et léger et composé de pièces en magnésium et aluminium et d'une courroie en carbone qui garantit un moteur silencieux.
Le moteur est intégré au cadre avec un impact visuel minimum et un centre de gravité bas. Il permet l'utilisation d’un groupe de transmission conventionnel à double plateau ou un moyeu à vitesses intégrées. Autre avantage de moteur électrique Brose, il n'offre aucun type de résistance en mode "sans assistance". Le moteur BROSE devient rapidement une référence grâce à son silence de fonctionnement et sa compacité. Il est monté dans le pédalier pour une meilleure stabilité du vélo et ses dimensions compactes et son poids de 3400 grammes permette d'avoir un VAE maniable et dynamique.
Le moteur BROSE se décline en deux puissances avec 250W et 500W avec une tension de 36V et un couple de 90 Nm.
Le moteur BROSE peut également être monté d’au moins trois manières différentes, ce qui permet une bonne intégration à différents types de cadres.
L’unité de commande centrale permet de sélectionner trois niveaux différents d’assistance avec l'aide des boutons latéraux
La batterie BROSE d’une puissance nominale de 500 Watts garantit une autonomie de 40 à 150 kilomètres selon l’utilisation et les parcours.
Les vélos électriques qui sont équipés du système BROSE ont rapidement rencontré un vif succès,

Combien coûte le plaisir le plaisir et faut-il obligatoirement avoir le Top Model pour éprouver du plaisir à Rider. 11 VTT à assistance électrique (VTT AE)  d'une valeur inférieur à 5 000 € ont été testé par le web magazine E MTB. Les testeurs ont mis au jour des différence significative au niveau de l'équipement de la performance et des capacités. Certaine machine ont enthousiasmer d'autres ont décus par leur comportements.

Est ce qu'en déboursant 5 000 € je peu espérer accéder au dernière technologie et avoir une machine performante. En général on raisonne assez basiquement comme client ou comme vendeur dans le cycle plus c'est chère mieux c'est ...mais la vérité peu être tout autre le prix n'est jamais un argument de vente. On entend aussi dire que ce qui fait un bon Bike c'est avant les bons composants et une bonne ergonomie ....  a contrario vendre une machine équipé de composants  peu connu semble plus délicat. Dans le domaine du VTTAE (E-MTB) la "référence" en terme de motorisation  c'est le Bosch Performance CX qui est un moteur qui engrange tous les superlatifs puissant, coupleux. La question est de savoir si le fait de disposer de ce moteur ou non suffit a départager les bons VTT AE des moins bons. est ce que c'est le vraiment le seul crtitère ànprendre en compte ou y a t-il d'autres paramètres qui rentrent en ligne de compte? Retrouver la suite sur le site http://ebike-mtb.com/ article en Anglais ou Allemand.

 

 

 

 

Le sujet de la cohabitation entre marcheurs et vététistes est traité dans un documentaire publié par la chaîne Arte TV.

 

Une nouvelle déambulation conviviale de cyclistes à l’initiative du CADRes Mulhouse sera proposée à 19.00 mercredi 28 juin au départ de la rue de la Moselle. Ce rassemblement  a pour finalité le développement de la pratique du vélo mais aussi de réunir une communauté de cyclistes pour "marquer pacifiquement notre territoire" face aux voitures, de promouvoir un mode de déplacement écologique et peu cher ou encore de pointer du doigt la dangerosité de certains axes.
Ce rassemblement sera précédé d'un atelier de véloréparation initié par Poto'cyclettes

 

Cette Vélorution du mois de juin est ouverte à toutes et à tous et implique le respect strict du code de la route et de la rue. Le circuit proposé, d’une durée de 1h environ, sera avant tout urbain avec un tour final dans les rues du centre-ville.

 

   Facebbok de l"événement

 
 


La remorque inventée par Nüwiel a de quoi se faire oublier lorsqu’elle est tractée par un vélo. Grâce à son moteur électrique, elle soulage le pédalage du cycliste tout en embarquant jusqu’à 90 kg.

 

 

Les possesseurs d’un vélo traditionnel avaient déjà à leur dispositions plusieurs formules pour convertir leur monture aux joies de l’électrique. La roue tout-en-un ou le kit roue/batterie à bricoler soi-même sont parmi le formes les plus connues. Mais il existe désormais une nouvelle alternative qui séduira les cyclistes souhaitant transporter des charges lourdes ou encombrantessans trop d’effort. Il s’agit d’une remorque motorisée. Réalisée par la jeune société allemande Nüwiel originaire d’Hambourg, cet accessoire s’adapte à tous types de vélos et se charge d’aider la bicyclette à avancer.

Remorque vélo électrique 

Remorque intelligente

Cette carriole 2.0 possède un moteur électrique et une batterie située sous son plancher. Elle utilise également un capteur logé dans sa barre de remorquage afin de détecter le mouvement du vélo. L’électronique embarquée utilise ensuite cette information pour ajuster la puissance motrice de la remorque, jusqu'à une vitesse maximale de 25 km/h. Comme sur un vélo à assistance électrique classique, si le cycliste ne fait pas l’effort de pédaler le moteur de la remorque ne s’active pas. Selon le constructeur, l’engin "sait exactement quand accélérer, ralentir ou freiner".


Régénération au freinage

Point fort du système, sa fonction régénération active lors des décélérations. Elle permettant au Nüwiel de recharger partiellement ses batteries en phase de freinage et de freiner la remorque pour éviter qu’elle ne pousse le vélo. La capacité de chargement de la remorque est d'environ 90 kg, elle peut recevoir des marchandises ou des enfants
.

Engagée depuis plusieurs années dans le développement durable, l'entreprise Adam Boissons installée dans la zone industrielle de la Doller de Guewenheim, est le premier distributeur de boissons français à avoir obtenu la certification « Ecocert » avec le label de la Fédération Nationale des Boissons : servir le client autrement, limiter l'empreinte environnementale, et impliquer les collaborateurs. Après son partenariat de recyclage du verre avec le Sictom de la zone sous-vosgienne l'an dernier, elle vient d'acquérir cinq vélos à assistance électrique pour ses commerciaux. «  Nos vendeurs qui tournent en ville ont toujours des problèmes de circulation et de stationnement. Avec un vélo électrique, ils peuvent se garer en périphérie et se déplacer rapidement et facilement en gagnant du temps et du carburant, précise Paul Adam, le dirigeant de l'entreprise. C'est une nouvelle réponse à notre engagement en faveur de l'environnement... ». Le premier vélo a été livré mardi dernier par Bernard Hibschher, distributeur pour le Haut-Rhin de la marque Sun City, concepteur, assembleur et développeur du vélo pliant urbain basé à Thise (25).

JMR 

 

En 2016, pour la première fois, les ventes en France ont dépassé le seuil du milliard d’euros.

LE MONDE ECONOMIE  | Par Philippe Jacqué

 

Le marché du cycle a mis un tigre dans son moteur. Un tigre électrique. En 2016, il s’est vendu plus de trois millions de vélos, 3,034 millions très exactement, dont un bon quart est produit en France, selon les données de l’Union sport & cycle publiées vendredi 7 avril.

« Nous avions déjà connu ce niveau en 2010, remarque Jérôme Valentin, le directeur général de Cycleurope (Peugeot Cycles, Gitane, Bianchi…) et coprésident de l’Union sport & cycle. En revanche, pour la première fois de notre histoire, le chiffre d’affaires du secteur a dépassé le seuil du milliard d’euros pour la seule vente de vélos. C’est une croissance de 6,4 % ! »

Si l’on ajoute les ventes de pièces, de composants et d’accessoires, le secteur affiche un chiffre d’affaires de 1,795 milliard d’euros. Ce n’est pas une surprise, car le marché est porté par l’émergence des vélos à assistance électrique (VAE). En 2016, il s’en est écoulé 134 000, soit 33 % de plus qu’en 2015.

« Croissance phénoménale »

« C’est une croissance phénoménale, bien plus forte que celle du VTT dans les années 1990, juge Denis Briscadieu, le patron de Cyclelab et vice-président de la Commission cycles créée par les organisations professionnelles. A l’époque, le VTT avait complètement relancé le secteur. Désormais, c’est le VAE qui régénère le marché. »

« En 2007, il se vendait moins de 10 000 VAE, se rappelle Laurent Chauvin, du réseau de magasins Altermove. Ces vélos sont en train de se démocratiser, car nos clients ne veulent plus arriver en sueur à leur travail et veulent gagner du temps. Et puis, c’est moins cher qu’un scooter tout en étant beaucoup moins encombrant. »

Depuis le début de l’année 2017, avec la création d’une prime d’Etat, qui peut aller jusqu’à 200 euros par VAE, les ventes s’envolent. En mars, Ségolène Royal, la ministre de l’écologie, a annoncé que 15 000 vélos électriques avaient été achetés grâce à cette aide. « Il y a incontestablement un effet prime », confirme-t-on chez Wayscral, le numéro un du secteur, avec 10 à 15 % du marché des vélos d’entrée de gamme vendus entre 380 et 1 800 euros… Chez les détaillants ou les enseignes multisports comme Go Sport, les prix peuvent monter jusqu’à… 10 000 euros.

« Cela explique largement la progression du prix moyen des cycles vendus, reprend Jérôme Valentin. L’an dernier, celui-ci atteignait 337 euros, contre 306 euros deux ans plus tôt. » Grâce aux primes, que de nombreuses villes ont déjà mises en place, et à la fermeture de certaines zones aux voitures, le VAE devrait connaître un bel avenir.

« Allemagne ou Belgique, des marchés un peu plus matures »

Lire aussi :   Qui est Smoove, la start-up qui veut rafler le marché des Vélib’ à JCDecaux ?

« Il suffit de regarder des marchés un peu plus matures comme l’Allemagne ou la Belgique, détaille M. Valentin. Dans ce dernier pays, 45 % des vélos vendus sont électriques. En Allemagne, c’est 15 %, alors que la France en compte 5 %. »

La dynamique du VAE n’est pas cantonnée aux seules zones urbaines. « Le segment le plus dynamique en 2016, c’était celui des VTT à assistance électrique avec une croissance de 72 %, contre 33 % pour les vélos à assistance électrique de ville », indique Denis Briscadieu. Les loueurs des stations de montagne ont adopté le VTT AE, qui permet à de nombreux touristes seniors de se lancer à l’assaut des sommets alpins ou pyrénéens.

« On sent déjà, ajoute le professionnel, un frémissement sur les vélos de course, qui vont également passer à l’électrique », alors qu’aux Etats-Unis, le premier BMX électrique a vu le jour en 2016. Dans ce nouvel eldorado, les acteurs sont nombreux à vouloir se faire une place au soleil. « A Paris, pas moins de 80 acteurs proposent du VAE, souligne-t-on chez Altermove. Il est important de se différencier avec une expertise pointue du sujet. »


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2017/04/08/le-marche-du-cycle-accelere-emportepar-la-vague-du-velo-electrique_5108074_3234.

Page 1 sur 168